đŸŒŸđŸ‡đŸ„ Eat's business đŸ•đŸ·đŸ§€ 2021-8

Bonjour Ă  toutes et Ă  tous, je vous propose cette newsletter dans laquelle vous trouverez quelques articles sur le monde de l’alimentaire qui m’ont semblĂ© intĂ©ressants dans la semaine prĂ©cĂ©dente. 

Pour ceux qui veulent la formule ristretto, les 3 articles que je vous conseille de lire en prioritĂ© cette semaine sont : 

Bonne lecture et bonne semaine Ă  toutes et Ă  tous!

Pour celles et ceux d’entre vous qui ont plus de temps pour la formule lungo :


Cette semaine nous souhaitons mettre en avant deux initiatives solidaires envers ceux qui sont dans le besoin en cette période compliquée.

La premiĂšre concerne les agriculteurs et se nomme “Les agriculteurs ont du coeur”. Depuis mi-fĂ©vrier, un collectif d’acteurs du monde agricole s’est structurĂ© afin de proposer des actions solidaires permettant de mobiliser des ressources alimentaires et de proposer des emplois Ă  l’approche des premiĂšres rĂ©coltes (asperges, fraises
 ). Si vous ĂȘtes agriculteur et que vous souhaitez participer ça se passe ici.

La deuxiĂšme se nomme '“Restaurons les Ă©tudiant.e.s durablement !” et a Ă©tĂ© mise en place par la communautĂ© Ecotable. Il s’agit d’un appel Ă  financement participatif pour aider Ă  financer des repas pour les Ă©tudiants qui sont dans le besoin. L’objectif de la campagne est de rĂ©ussir Ă  leur cuisiner au moins 500 repas par semaine, jusqu’à la fin de l’annĂ©e universitaire. Pour participer Ă  cette campagne ça se passe ici.

Le Figaro, Alexandre Bompard: «L’histoire ne repasse pas les plats, nous avons tournĂ© la page», 18/02/2021

Une interview du PDG de Carrefour qui revient notamment sur les rĂ©sultats du groupe pour l’annĂ©e 2020 ainsi que l’opĂ©ration de rapprochement avortĂ©e avec le canadien Couche-Tard.

Selon lui, “Avec 80 milliards d'euros de chiffre d'affaires, nous n'avons pas de problĂšme de taille critique. Carrefour est Ă  l'offensive, tournĂ© vers la croissance et ne recherche pas de consolidation mondiale. Ces derniĂšres annĂ©es, on a d'ailleurs plutĂŽt observĂ© un recentrage de grands acteurs sur un nombre rĂ©duit de pays oĂč ils sont puissants”. 

On y apprend par ailleurs (mais sans surprise) que la crise sanitaire a accĂ©lĂ©rĂ© le dĂ©veloppement de l'e-commerce dans tous les pays oĂč Carrefour est prĂ©sent, pour tous les produits et toutes les gĂ©nĂ©rations. Ainsi, d’aprĂšs Alexandre Bompard, Carrefour a gagnĂ© 1,3 million de nouveaux clients en 2020 et les ventes en ligne ont augmentĂ© de 70 % dans le monde, Ă  2,7 milliards d'euros. Il prĂ©voit par ailleurs qu’elles atteindront 4,2 milliards en 2022. DĂ©sormais, Carrefour reprĂ©sente 14 % du marchĂ© du drive en France et est leader de celui de la livraison Ă  domicile, avec 25 % de parts de marchĂ©. 

Challenges, Carrefour: quels défis pour Alexandre Bompard aprÚs une année hors norme?, 18/02/2021

Alors que le groupe Carrefour a annoncĂ© ses rĂ©sultats, Challenges s’interroge sur les dĂ©fis Ă  venir pour son PDG Alexandre Bompard.

1er dĂ©fi : la vitesse d'exĂ©cution. Selon Alexandre Bompard, “c'est une annĂ©e qui compte double” et durant laquelle le groupe doit “accĂ©lĂ©rer” et “donner de la visibilitĂ© aux investisseurs” selon un analyste de chez Barclays. Ceci passera par une amĂ©lioration de l'exĂ©cution et des performances. Ainsi, aprĂšs avoir atteint son objectif de 3 Mds € de baisse de coĂ»ts Ă  fin 2020, Carrefour s’est fixĂ© pour objectif d’atteindre 2,4 Mds € d’économies de coĂ»ts additionnelles en annĂ©e pleine Ă  horizon 2023.

2Ăš dĂ©fi : le e-commerce. Si les chiffres donnĂ©s dans l’article prĂ©cĂ©dent sont flatteurs, certains analystes estime que Carrefour devra prouver qu'il ne s'agit pas uniquement d’un effet d'aubaine liĂ© Ă  la crise sanitaire. Ces chiffres seraient en effet en grande partie tirĂ©s par le drive et les drives piĂ©tons et Carrefour ne serait pas assez ambitieux dans la livraison Ă  domicile, au risque de se voir dĂ©passĂ© par des acteurs comme Amazon, Deliveroo ou Uber Eats.

3Ăš dĂ©fi : la compĂ©titivitĂ© prix. Alors qu’une bataille des prix entre enseignes de distribution est Ă  prĂ©voir (voir la newsletter de la semaine derniĂšre) vu le contexte de crise Ă©conomique Ă  venir, Carrefour n’est pas le mieux positionnĂ© au niveau des prix.

4Ăš dĂ©fi : le cours de bourse. Selon les analystes, les principaux actionnaires de Carrefour souhaitent vendre leurs actions pour sortir du capital. Ainsi, l’un des dĂ©fi est du PDG est d’amĂ©liorer le cours de l’action Carrefour. Cette hausse du cours serait urgente car, selon les observateurs, Couche-Tard n'a pas abandonnĂ© son projet de racheter Carrefour.

JDD, Aurore Market, bio et solidaire Ă  la fois, 21/02/2021

Focus sur une success story du e-commerce français, le site Aurore Market, spĂ©cialiste du bio en circuit court. LancĂ© en 2018, Aurore Market s’est inspirĂ© du modĂšle de l’amĂ©ricain Thrive Market.

ImplantĂ© en Auvergne, le site expĂ©die environ 800 colis par jour et compte 20 000 clients rĂ©guliers. La spĂ©cificitĂ© du modĂšle d’Aurore Market : pour ĂȘtre client il faut d’abord s’acquitter d’une adhĂ©sion d’un montant de 60 euros, qui vous donne ensuite accĂšs Ă  une gamme de 4000 produits. Selon Roman RĂ©gis, l’un des co-fondateurs, ce systĂšme d’adhĂ©sion permet de pratiquer des marges plus faibles. Ainsi, Aurore Market n’a pas de dĂ©penses marketing ni de budget pour l’acquisition de nouveaux clients. GrĂące Ă  son assortiment rĂ©duit, le site va rĂ©aliser de gros volumes sur chacune de ses rĂ©fĂ©rences ce qui lui permet d’obtenir un meilleur tarif d’achat.

A noter Ă©galement que le site propose une collecte pour les Ă©tudiants en difficultĂ©. Chaque euro collectĂ© permettra de rĂ©aliser un panier d’une trentaine d’euros qui sera envoyĂ© aux Ă©tudiants qui se seront inscrits au programme.

Le Figaro, Comment la crise sanitaire a transformĂ© nos pauses dĂ©jeuner, 18/02/2021

Entre la fermeture des bars et restaurants, le dĂ©veloppement du tĂ©lĂ©travail et les mesures de distanciation au sein des entreprises, la pause dĂ©jeuner a complĂštement changĂ© de visage et, comme le prĂ©cise l’article, est devenue “un moment de plus en plus solitaire”. 

Pour ceux qui ne peuvent pas tĂ©lĂ©travailler, les plats Ă  emporter et les sandwichs ont remplacĂ© les dĂ©jeuners Ă  la cantine ou au restaurant et s’avalent souvent dans la voiture faute de pouvoir s’attabler quelque part. Pour ceux qui tĂ©lĂ©travaillent, les repas sont cuisinĂ©s ou livrĂ©s et consommĂ©s Ă  la maison. Enfin, les dĂ©jeuners d'affaires, sont Ă©galement de moins en moins frĂ©quents.

Plus cocasse, on apprend qu’un dĂ©cret paru le 14 fĂ©vrier autorise dĂ©sormais les salariĂ©s Ă  dĂ©jeuner Ă  leur bureau, devant leur ordinateur. En effet, cette pratique Ă©tait jusqu’à prĂ©sent illĂ©gale


Un chiffre rĂ©sume tous ces changements : 700 millions d'euros, c’est le montant estimĂ© des tickets restaurants non utilisĂ©s. C’est pourquoi le ministĂšre de l’Économie a dĂ©cidĂ© de prolonger la durĂ©e de validitĂ© des tickets-restaurants de l'annĂ©e 2020, jusqu'en septembre 2021.

BFM TV, A Lyon, un menu unique dans les cantines Ă  partir de lundi, 18/02/2021

C’est la polĂ©mique de la semaine, le maire Ă©cologiste de Lyon a imposĂ© un "menu unique sans viande" dans les cantines scolaires de la ville depuis la rentrĂ©e des vacances de fĂ©vrier, au nom de la lutte contre le Covid. Selon StĂ©phanie LĂ©ger, l'adjointe chargĂ©e de l'Éducation, "Le nouveau protocole sanitaire impose une distanciation de deux mĂštres dans la restauration scolaire. Le menu unique va nous permettre d'accĂ©lĂ©rer le service et ainsi nous permettre d'accueillir tous les enfants" et ce menu unique sans viande permettrait de “servir plus rapidement les Ă©lĂšves et fluidifier les repas”.

Une telle décision fait évidemment débat au sein de monde politique mais également au sein du monde agricole.

Les Echos, Danone s'offre le fromage végan Follow Your Heart aux Etats-Unis, 19/02/2021

Le groupe Danone vient de faire l’acquisition d’une petite entreprise californienne dĂ©nommĂ©e Follow your heart, qui est pionniĂšre (elle est nĂ©e au dĂ©but des annĂ©es 70) et leader des segments fromage et mayonnaise d'origine vĂ©gĂ©tale aux Etats-Unis. 

L’article nous propose Ă©galement quelques donnĂ©es de cadrage sur le marchĂ© de l'alimentation Ă  base de plantes aux Etats-Unis. On apprend ainsi qu’il a progressĂ© de 11,4 % en 2019, Ă  5 milliards de dollars et que les alternatives au lait (2 milliards de dollars) reprĂ©sentent encore l'essentiel de ce marchĂ©. Par ailleurs, le fromage vĂ©gan reprĂ©sentait en 2019 un marchĂ© Ă  189 millions de dollars (+18,3 % sur un an), alors que celui des “oeufs sans oeufs” ne pĂšse que 10 millions de dollars.

Follow your heart est distribuĂ© dans une vingtaine de pays et aux Etats-Unis l’entreprise distribue sous sa marque dans des grandes surfaces comme Whole Foods ou Publix.

Les Echos, KitKat vegan : la course au chocolat vĂ©gĂ©talien s'accĂ©lĂšre, 16/02/2021

Nous en parlions la semaine derniĂšre, NestlĂ© lance une version vegan de ses cĂ©lĂšbres Kit Kat. DĂ©nommĂ©e KitKat V, il s’agit selon l’article d’une “des premiĂšres d'un acteur majeur du secteur Ă  ĂȘtre 100 % vĂ©gĂ©taliennes”. Pour fabriquer cette version vĂ©gane, NestlĂ© utilise une formule Ă  base de riz comme substitut de lait. Mais il s’agit d’un dĂ©fi technique car le groupe a mis deux ans Ă  dĂ©velopper cette nouvelle gamme. En effet, selon l’article, les alternatives vĂ©ganes au chocolat au lait sont compliquĂ©es Ă  dĂ©velopper car il faut s'assurer que l’alternative au lait utilisĂ©e “se marie bien avec le cacao et le sucre pour arriver Ă  une texture crĂ©meuse”. C’est pourquoi, la plupart des chocolats vĂ©gans prĂ©sents sur le marchĂ© sont des chocolats noirs. 

Madame Figaro, RessuscitĂ©e aux États-Unis, la piquette en pleine reconquĂȘte, 18/02/2021

Alors que pour bon nombre d’entre nous, piquette est synonyme de bouteille de vin de piĂštre qualitĂ©, l’article nous apprend que cette « boisson de mĂ©nage » remporte un certain succĂšs aux États-Unis.

Tout d’abord, selon l’article, il ne faut pas confondre la piquette avec du vin car il s’agit en fait d’une liqueur obtenue par la fermentation d’une eau de source passĂ©e et de restes de raisin aprĂšs pressurage. Par ailleurs, la piquette contient 6% Ă  7% d’alcool contre 12,5% pour le vin. Populaire au Moyen-Âge, elle a acquis sa mauvaise renommĂ©e au 19Ăš siĂšcle Ă  cause d’une rĂ©action dite de la «piqĂ»re acĂ©tique» et fut mĂȘme interdite dĂšs 1907.

Elle a retrouvĂ© ses lettres de noblesse de l’autre cĂŽtĂ© de l’Atlantique depuis 2017 grĂące au producteur de vin new-yorkais Todd Cavallo. En France, il y a Ă©galement un certain engouement observĂ© depuis l’annĂ©e derniĂšre, notamment chez la jeune gĂ©nĂ©ration. Comme le prĂ©cise Julien Guillot, propriĂ©taire des Vignes du Maynes, « on utilise un dĂ©chet comme matiĂšre premiĂšre. En somme, la piquette est une boisson recyclĂ©e».

Le Figaro, En l’absence de salon, les agriculteurs s’invitent dans le tĂ©lĂ©phone des Français, 23/02/2021

Le collectif Ici la Terre, qui rĂ©unit 130 producteurs a lancĂ© ce lundi l’opĂ©ration «Un agriculteur dans votre rĂ©pertoire tĂ©lĂ©phonique». Le but de cette opĂ©ration : proposer aux citoyens, qui se seront au prĂ©alable inscrits sur le site du collectif, d’ĂȘtre rappelĂ©s par un exploitant pour rĂ©pondre Ă  leurs questions sur le mĂ©tier d’agriculteur.

Selon l’un des co-fondateurs, “la dĂ©marche est de recrĂ©er un lien direct avec les Français, d’expliquer notre mĂ©tier. Il est indispensable, lorsqu’on s’intĂ©resse Ă  l’agriculture, d’avoir un rĂ©fĂ©rent sur le sujet dans son rĂ©pertoire”. L’article prĂ©cise que cette opĂ©ration est financĂ©e par une cagnotte Leetchi, qui a permis de rĂ©colter 6 000 euros il y a deux ans.

Si vous vous interrogez sur ce beau mĂ©tier, n’hĂ©sitez pas Ă  utiliser cette initiative mise en place par Ici la Terre.


MIT Technology Review, Bill Gates: Rich nations should shift entirely to synthetic beef, 14/02/2021

Un entretien avec Bill Gates, qui sort un livre intitulĂ© “How to Avoid a Climate Disaster”, dans lequel il explique ce que, selon lui, il faudra rĂ©ellement faire pour Ă©liminer les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre Ă  l'origine du changement climatique.

Dans ce livre, il adresse notamment le secteur de l’alimentaire. Et parmi les propositions de Bill Gates Ă©voquĂ©es lors de cet entretien, il y a celle-ci : “Je pense par contre que tous les pays riches devraient passer Ă  une viande de bƓuf 100 % synthĂ©tique. On peut s'habituer Ă  la diffĂ©rence de goĂ»t, et on prĂ©tend qu'ils vont la rendre encore meilleure avec le temps”.

Rappelons que Bill Gates est investisseur, à titre personnel ou par l'intermédiaire de Breakthrough Energy Ventures, dans plusieurs des entreprises qui proposent des alternatives à la viande, notamment Beyond Meats, Impossible Foods, Memphis Meats et Pivot Bio.

Chicago Tribune, Is Corona Hard Seltzer beer? Legal battle brewing between two beer giants, 17/02/2021

C’est un combat juridique d’actualitĂ© auquel fait rĂ©fĂ©rence l’article. En effet, Grupo Modelo, la branche mexicaine du gĂ©ant de la biĂšre Anheuser-Busch InBev, a intentĂ© un procĂšs Ă  Constellation Brands pour l'utilisation de la marque Corona pour commercialiser sa Corona Hard Seltzer. Il s’agirait selon Modelo, d’une violation de l'accord de licence conclu il y a huit ans entre les deux groupes concernant le droit d'utiliser la marque Corona. En effet, lorsqu'AB InBev avait rachetĂ© Grupo Modelo en 2013, il avait cĂ©dĂ© l'activitĂ© du brasseur mexicain aux États-Unis Ă  Constellation Brands. Ainsi, selon Grupo Modelo, dans le cadre de cet accord de licence, la marque Corona ne devait ĂȘtre utilisĂ©e par Constellation que pour des produits "biĂšre". 

Ce procĂšs a lieu au moment oĂč l'industrie de la biĂšre est secouĂ©e par la percĂ©e des hard seltzer, qui sont dĂ©sormais de loin le segment du marchĂ© des boissons alcoolisĂ©es qui connaĂźt la plus forte croissance. Certains analystes vont jusqu’à lui prĂ©voir des ventes mondiales de 30 milliards de dollars d'ici 2025.

Dans une dĂ©claration, Constellation Brands estime que “ces allĂ©gations, y compris l'insinuation selon laquelle la Corona Hard Seltzer ne devrait pas ĂȘtre classĂ©e comme biĂšre ou une version de celle-ci, sont totalement infondĂ©es, qu'elles constituent une tentative flagrante de restreindre un concurrent fort et bien Ă©tabli dans un segment Ă  forte croissance de la catĂ©gorie des biĂšres amĂ©ricaines”.

The Telegraph, Meet the Frenchman who wants to put mealworms on our dinner plates, 19/02/2021

Un article sur Antoine Hubert, qui est prĂ©sentĂ© comme “le plus grand Ă©leveur de vers de farine du monde” mais qui est surtout le co-fondateur de la startup française Ynsect. Cette derniĂšre a levĂ© 372 millions de dollars en octobre dernier et compte utiliser ces fonds pour construire la plus grande ferme d'insectes au monde Ă  cĂŽtĂ© d’Amiens. L’usine aura une capacitĂ© suffisante pour produire 100 000 tonnes de nourriture Ă  partir de vers de farine chaque annĂ©e. Selon Antoine Hubert, "lentement, les consommateurs s'habitueront aux insectes, puis nous dĂ©velopperons notre activitĂ© en passant des marchĂ©s de niche comme la nutrition sportive au cƓur du repas et de l'assiette".

L'an prochain, Ynsect fournira aux supermarchés britanniques des "super-aliments" à base de vers de farine. Le marché des insectes comestibles était estimé à environ 152,2 millions de dollars en 2018 mais une croissance exponentielle est prévue au cours de la prochaine décennie. Ce secteur représentera prÚs de 8 milliards de dollars d'ici 2030, selon les données de Meticulous Research.

Les vers de farine prĂ©sentent de nombreux avantages pour la santĂ©. Ils sont trĂšs riches en protĂ©ines et ont Ă©galement prouvĂ© qu'ils contribuaient de maniĂšre significative Ă  rĂ©duire le cholestĂ©rol dans le foie et Ă  favoriser la reproduction du microbiote dans l'intestin. La teneur en protĂ©ines des insectes est d'environ 72%, contre 31% pour une escalope de poulet. NĂ©anmoins, l’article prĂ©cise que l'acceptation des aliments Ă  base d'insectes reste faible et constitue un obstacle dĂ©licat Ă  surmonter.

Ynsect prévoit de vendre dans un premier temps ses produits de nutrition sportive à base de vers de farine, dont la protéine peut apporter des bénéfices en matiÚre de régénération musculaire et d'endurance.

New York Times, Jay-Z and LVMH, Two of the World’s Biggest Brands, Go Into Business, 22/02/2021

LVMH va acquĂ©rir la moitiĂ© d'Armand de Brignac, la marque de champagne, couramment appelĂ© « L’as de pique », propriĂ©tĂ© du chanteur Jay-Z qui l’a acquise en 2014.

Cet accord donne Ă  Jay-Z le soutien organisationnel et le pouvoir de distribution d’un leader mondial des boissons tandis que LVMH obtient l'influence cool et le savoir-faire en matiĂšre de marketing lifestyle d'un leader culturel noir qui fait autoritĂ© Ă  un moment oĂč le racisme dans le secteur du luxe est particuliĂšrement surveillĂ©.

Comme l’explique l’article, pour LVMH il ne s’agit pas seulement d'acheter une nouvelle marque de boissons, mais Ă©galement d’acheter un savoir-faire culturel et pĂ©nĂ©trer des marchĂ©s qui ne sont pas traditionnellement desservis par certaines de ses marques.

Aucune des deux parties n’a divulguĂ© le montant de la transaction.

Bloomberg Businessweek, Online Booze Gets a Covid Boost, 15-22/02/2021

Un article intĂ©ressant sur la percĂ©e du e-commerce dans la vente d’alcools aux Etats-Unis en 2020. Le grand brasseur amĂ©ricain Molson Coors a par exemple vu ses ventes en ligne progresser de 230% sur les 11 premiers mois de 2020.

Comme partout dans le monde, les fermetures de bars et restaurants aux Etats-Unis ont forcĂ© les acteurs de ce secteur Ă  se mettre au e-commerce. Mais la vente en ligne d’alcool Ă©tait auparavant trĂšs compliquĂ©e aux Etats-Unis, notamment Ă  cause du 21Ăš amendement votĂ© en 1933 Ă  la fin de la prohibition mais Ă©galement des lois propres Ă  chaque Etat. Car, si de nombreux États autorisent la livraison Ă  domicile depuis des annĂ©es, les rĂ©glementations ont souvent Ă©tĂ© trĂšs restrictives, rendant cette option infaisable pour de nombreuses brasseries et dĂ©taillants. Par exemple, seuls 12 Etats autorisent les expĂ©ditions en dehors de leur territoire pour la biĂšre et l'alcool. Mais en 2020, la pandĂ©mie a ouvert une nouvelle voie et une majoritĂ© d'États ont fait de leur mieux pour rĂ©pondre Ă  la crise en autorisant de nombreuses formes de distribution d'alcool Ă  emporter et Ă  livrer pendant la pandĂ©mie. Les fabricants de vins et spiritueux se sont dans un premier temps appuyĂ©s sur les services offerts par des startups comme Drizly, Thirstie ou Speakeasy pour dĂ©velopper leur offre de e-commerce.

L'annonce faite dĂ©but fĂ©vrier 2021 de l'acquisition par Uber du service de distribution de boissons Drizly, pour 1,1 milliard de dollars, est vue comme un tournant qui pourrait booster la croissance de la distribution d'alcool en ligne. Les Etats-Unis sont dĂ©sormais en passe de devenir le plus grand marchĂ© pour le e-commerce de vins et spiritueux. Drizly estime ainsi que la part des ventes en ligne d’alcool aux Etats-Unis devrait passait de 5% aujourd’hui Ă  20% d’ici 5 ans.


France 2, Nous Paysans

Un beau documentaire sur l’agriculture française et son Ă©volution.

En Ă  peine un siĂšcle, les paysans français ont vu leur monde ĂȘtre profondĂ©ment bouleversĂ©. Alors qu'ils constituaient autrefois la grande majoritĂ© du pays, ils ne sont plus aujourd'hui qu'une infime minoritĂ© et se retrouvent confrontĂ©s Ă  un dĂ©fi immense : continuer Ă  nourrir la France.

A voir en replay ici


Depuis quelques jours la version 2021 de l’ouvrage DĂ©mĂ©ter sur le thĂšme “Produire et se nourrir : le dĂ©fi quotidien d’un monde dĂ©boussolĂ©â€ est disponible.

À partir de l’analyse d’une sĂ©rie de grandes ruptures et d’enjeux stratĂ©giques, cette 27e Ă©dition du DĂ©mĂ©ter questionne les trajectoires du dĂ©veloppement agricole et les conditions de la sĂ©curitĂ© alimentaire dans un monde oĂč la rĂ©silience, l’adaptation, l’innovation et la coopĂ©ration demeurent plus que jamais dĂ©terminantes pour relever des dĂ©fis inĂ©dits.

Au programme :

– 16 analyses prospectives et de nombreux encadrĂ©s (dont un chapitre rĂ©alisĂ© par votre serviteur sur le thĂšme “#Avocat, star ou victime des rĂ©seaux sociaux”)
– 10 fiches-repĂšres sur les produits, les marchĂ©s et les Ă©changes agricoles
– un entretien exclusif avec Thomas Pesquet
– des infographies, cartographies et statistiques mondiales

Vous pouvez le commander ici.


Encore une belle initiative envers les Ă©tudiants

Une illustration de la guerre des prix dans la grande distribution

L’optimisation du e-commerce par l’entreprise anglaise Ocado et ses robots



Sur le Champ #4 | Élevage extensif et sols vivants | Nicolas Brahic - Terres Libres & Buxor, 18/02/2021

Business of Bouffe #35 | Gilles, Catherine et Nicolas Verot – Maison Verot | L’histoire d’une famille d’artisans qui rend ses lettres de noblesse à la charcuterie, 21/02/2021

Eat’s Business #7 | Guerre des prix (grande distribution x industriels), Amazon alimentaire et bouteille en papier chez Coca-Cola | avec la participation spĂ©ciale d'Alexis Vaillant - Fondateur d’Alterfood, 23/02/2021


C’est tout pour aujourd’hui.

Si vous apprĂ©ciez cette newsletter n’hĂ©sitez pas Ă  la partager.

Et si vous voulez vous pouvez mĂȘme me payer un cafĂ© ;-)

Offrir un café

A la semaine prochaine!

O. Frey